blas

Sœur Anne Dumoulin

(soeur Annette)

*14 Juillet 1935 Liège/Belgique
+ 21 Mai 2021 Juazeiro do Norte/Brésil

 



« Annette a fait tellement de choses dans sa vie que si elles étaient écrites une par une,
elles ne rentreraient pas dans beaucoup de livres. » (Mots inspirées de Jean 21, 23.)




Ceci est une nécrologie de plusieurs mains et de plusieurs cœurs. Phénomène presque
sans précédent dans l’art de la rédaction de nécrologies. Mais c’est ainsi. L’éditeur final
n’a fait que donner forme au débordement de nombreux cœurs, d’amis et de sœurs de la
Congrégation qui ont voulu laisser leur empreinte dans cet acte de mémoire collective et
d’action de grâce de tant de personnes qui l’aimaient et la gardent dans leur cœur.
Annette est née à Liège, en Belgique. Fille du Dr Maximilien, médecin et de Mme
Agnès. Ils ont eu quatre enfants. Annette était la jumelle d’un frère unique décédé très

 

jeune et dont elle se souvenait toujours avec émotion. Elle avait aussi deux sœurs dont
l’une, Marie-Laure vit en Belgique et entretient de nombreux liens d’affection avec les
sœurs de Juazeiro.
Annette est entrée dans la Congrégation à Jupille en 1956. Après des années de
formation, Annette a suivi Jésus comme professeur de pédagogie à l’Université
catholique de Louvain et a vécu dans la Communauté de la Pédagogie Saint-Augustin
que nous avions à Louvain. Elle était joyeuse, avait du prestige, d’excellents collègues et
chercheurs, parmi lesquels le célèbre Professeur P. Antoine Vergote, dont elle fut
assistant avec son ami le Père Jean Marie Jaspard. Un jour, avec Sr Ana Teresa, qui
faisait à ce moment une période d’études en Belgique, Annette quitta son sycomore
universitaire et comme Zachée elle partit à une nouvelle recherche de Jésus parmi les
pauvres du nord-est du Brésil. Elle est devenue pèlerine de la Vierge Mère des Douleurs
et du Père Cicero Romão, considéré un saint pour les pauvres de la région.
Elle a vécu la majeure partie de sa vie au Brésil, à Juazeiro, devenant une référence
importante à la fois dans la vie des pèlerins de la « ville sainte » et des chercheurs qui
s’adonnaient au métier de comprendre ce complexe phénomène religieux.
Annette était membre du comité diocésain de la ‘Pastoral da Romaria’ (Pastorale des
Pèlerins), donnant des conférences sur le Père Cicéro, qu’elle a ardemment défendu
contre les vieilles accusations et injustices cléricales qui lui avaient retiré au début du
siècle XX ses ordres sacerdotaux. Elle a accompagné des chercheurs universitaires, des
étudiants, a écrit des livres et des articles, a fondé avec Sr Ana Teresa le « Centre
d’études et de recherches en religion » et bien d’autres missions et activités, dont aussi
pour un temps, celle de « Conseillère générale » de notre Congrégation.
Les deux sœurs, Ana Teresa et Annette ont également ouvert la Congrégation pour la
région du Juazeiro et ainsi beaucoup de jeunes femmes sont venues nous chercher et
sont devenues nos sœurs. Aujourd’hui nous gardons avec elles vivante notre mission
d’éducatrices.
Annette avait un don pour s’occuper des autres, pour découvrir des moyens et les
langages pour s’approcher des plus pauvres. Elle avait une présence, une tonalité de
voix forte et des oreilles capables de saisir la richesse des différents tons musicaux du
nordeste du Brésil. Dans plusieurs célébrations elle animait les fidèles pour les chants
traditionnels, ceux qu’on appelle « benditos – bénits », espèce de litanies populaires

 

communes dans cette région du pays. Souvent aussi Annette, gardant la mélodie des
chants, renouvelait les paroles afin qu’elles touchent une dimension sociale importante
pour la transformation des relations humaines.
Annette a été pendant de nombreuses années responsable des associés à Juazeiro, les
aidant à approfondir la mission chrétienne et les particularités de la mission éducative
de la Congrégation. Elles et ils lui sont très reconnaissantes.
Beaucoup de personnes après son décès, comme son ami le Père Géu, l’ont reconnu
comme « la femme forte de Proverbes 31 », la disciple de Jésus, la bien-aimée et amante
de Dieu, la conseillère de beaucoup de gens. Elle était aussi considérée comme la
marraine des pèlerins, un titre qu’elle aimait beaucoup qu’on l’appelait.
Comme l’a dit un de ses amis, le « grand départ » d’Annette boucle un cycle dans
l’histoire récente de Juazeiro do Norte et du nord-est du Brésil. D’autres prendront la
charrue en main et ouvriront des chemins pour que Jésus en nous accomplisse toujours à
nouveau sa mission.
Sœur Annette vivra toujours parmi nous. Elle vit chez les habitants de Juazeiro !
Avec affection et grande amitié, je rends grâce pour sa vie,
Sr Ivone Gebara
São Paulo, le 21 juin 2021 (un mois de son départ)