LA JOIE DE LA FORMATION – le groupe ‘Polyphonie’

LA JOIE DE LA FORMATION- le groupe ‘Polyphonie’

Vers le chapitre 2020

 

               

Six soeurs du groupe Polyphonie nous partagent  « En quoi, notre Formation nous aide-t-elle aujourd’hui dans ce que nous avons à vivre ? »

 

 

Témoignage de Marguerite-Marie Manuelle –  Paris, Bon Secours

Au début de notre Vie Religieuse, nous avons reçu une formation très large puisque, étant « chanoinesses de St Augustin », nous avons hérité à la fois du charisme de St Augustin et de celui de St Pierre Fourier qui était chanoine régulier, donc vivait la vie fraternelle et l’ouverture au monde.

De St Augustin, nous avons reçu le sens des autres (vie fraternelle avec tout ce que cela comporte : support mutuel, acceptation de la différence, entraide. Etc…)

De St Pierre Fourier, nous avons appris l’attention aux plus petits, aux plus défavorisés, le désir de « LE FAIRE GRANDIR » par l’Education. Il s’est investi dans le social, il nous a appris l’ouverture au monde et à l’Eglise. Être attentif aux besoins de notre implantation et de notre temps.

« FAIRE TOUT LE BIEN POSSIBLE AVEC CE QUE NOUS AVONS ET CE QUE NOUS SOMMES »

                                              

 

Témoignage de Myriam Péan Brunoy – Brunoy Chevreuils

Entrée en 1959, je continue à vivre de ma formation initiale dont je relève ce qui m’a le plus marquée :

Nous avons été « ancrées » en Jésus-Christ Incarné.  Il a marché et marche sur nos chemins, « faisant le bien partout où Il passait » et Il nous appelle à le suivre sur ce chemin d’incarnation.

De St Augustin : « aime et fais ce que tu veux », ; pas nécessairement ce que tu as envie de faire mais, écoute les appels de l’Esprit dans le concret de ta vie (sans hésiter à les faire vérifier !), et aime !

De Sœur Elisabeth Giron : ce qui compte ce n’est pas la forme de notre habitat « mais la qualité des liens qui nous unissent »

Du témoignage des sœurs qui m’ont éduquée, c’est l’esprit de largesse et la joie de vivre 

Le goût de la Parole de Dieu, méditée et travaillée.

Nous avons été « structurées », apprenant à maintenir l’équilibre entre prière, (personnelle et communautaire), mission et vie fraternelle.

De tout ceci j’essaie de vivre dans ma mission éducative avec les jeunes et les adultes. J’essaie de leur donner confiance en eux et de vivre l’esprit d’ouverture et de liberté de la congrégation

De St Pierre Fourier, j’ai hérité mon souci constant et dominant des personnes en difficultés.

Je me sens aussi responsable de ma formation continue. Par ex, sessions bibliques, théologiques, Semaines Sociales de France. Mon souci ? Approfondir la Bible pour moi et pour donner des clefs de lecture et de compréhension à des adultes. Et m’ouvrir aux réalités du monde pour mieux le comprendre et l’aimer.

 

 

Témoignage de Anne-Thérèse Langellier Bellevue – Paris, Bon Secours

                Ma formation à la vie religieuse date de longtemps ! Tant de choses se sont passées et tant de formes de vie différentes ! Pourtant nos fondateurs nous ont montré que les difficultés de la vie ne les arrêtaient pas, que le silence et la prière donnaient sens à nos vies. L’esprit Augustinien m’a toujours donné une liberté intérieure et d’action pour me situer dans l’événement. En ce temps de confinement, la vie intérieure prend toute sa dimension et me permet de retrouver un nouveau regard sur ma vie et les autres, un regard sur la mort aussi dans la force de la foi.

                                             

 

 

 Témoignage de Odile Brongniart – Paris Bon Secours. 

Ma formation ?… Qu’est-ce que je peux en dire ? Je la comparerais à un long fleuve plus ou moins tranquille et sinueux qui creuse son lit dans des lieux divers mais c’est toujours le même.

Depuis sa source il a été alimenté par beaucoup d’amour en famille, une éducation souple, intelligente qui sait faire confiance et qui aide dans les moments de découragements et d’échecs.

L’aide familiale a été relayée par des aides extérieures, discrètes et éclairantes au moment de l’entrée au noviciat. Ce fut important d’avoir l’avis de ceux qui me connaissaient et qui m’ont permis de voir clair.

Le temps du noviciat et du scolasticat a été quelque peu houleux : c’étaient les années de remises en cause constantes : Mai 68 se profilait déjà mais la formation reçue, une profonde union à Dieu, silence, oraison, office liturgique, a permis de traverser la tempête. La CND favorise le développement des dons et aptitudes de chacune. Pour moi, ce fut l’attrait pour l’éducation, l’enseignement des jeunes et j’ai achevé mes études universitaires, catéchétiques, théologiques… stimulée par mes sœurs et les responsables.

La formation initiale s’est enrichie au long des années par des sessions, conférences, échanges et partages, réunions et cela continue : la formation n’est jamais achevée.

Aujourd’hui, étape de la Retraite, je la vis comme j’ai toujours vécu, portant mon bagage qui ne cesse de s’alourdir de visages et de connaissances variées qui me « nourrissent » et que j’aime partager avec ceux que je rencontre ou avec lesquels je vis…

Le fleuve n’est pas tari, il poursuit son cours jusqu’à son embouchure, jusqu’au jour où il atteindra « La Grande Mer Océane »

                                              

 

Témoignage de Anne-Marie Gandon – Reims

Dans la Congrégation depuis 62 ans, je suis toujours en formation !…

Consentir à l’Evangile ; me laisser convertir par Dieu et par les autres tous les jours. « Si tu veux, viens, suis-moi. » Mat 19,21, cette formation, fait l’unité de ma vie…

Ma vie professionnelle, infirmière diplômée d’Etat, pendant 24 ans dans les hôpitaux publics et aussi sur mon temps de retraite, 23 colonies de vacances à Praye, pendant une quinzaine d’années, mon engagement à la délégation LCE (Lourdes Cancer Espérance), une halte spirituelle chez les Bénédictines chaque mois etc… ont continué ma formation et ma vie s’est branchée sur des citations :

« Révéler aux autres ce qu’ils portent de meilleur en eux-mêmes… »

« Elles sont consacrées à Dieu et au public. »  

« Parce que tu ne vois pas encore Dieu, c’est en aidant ton prochain que tu mérites de le voir ; en aimant ton prochain, tu purifies ton œil pour voir Dieu. » St Augustin

« Que Dieu soit votre Amour entier. » Alix Leclerc

« La tristesse dessèche les os et abat le courage. » …

                                              

 

Témoignage de Bernadette Vallez – Grigny

 La formation que j’ai reçue est pour moi une base, un état d’esprit, un élan, et une force pour essayer de « bien vivre ».

-une base de recherche d’une vie pleinement humaine et spirituelle. Trouver l’équilibre entre travail, prière, détente.

– un état d’esprit communiqué tout d’abord par la Parole de Dieu, écoutée, travaillée, méditée. Un état d’esprit transmis aussi par le vécu des sœurs : la « tradition » de la congrégation. La vie fraternelle m’a transmis et infusé cette tradition.

– un élan, une force pour vivre la prière, la vie fraternelle et la mission comme des piliers inséparables qui permettent de construire la vie au jour le jour.

Sans le goût de la mission qui m’été transmis, je n’aurais pas, à 70 ans, commencé une nouvelle implantation au milieu des migrants.

                                                              

 

Témoignage de Ghislaine de Truchis –  Paris  Grand Champs 

Notre génération, représentée en France par le groupe ‘Polyphonie’, mesure combien la formation reçue dès le départ de notre vie religieuse a tissé des liens très forts entre nous, venant ainsi en confirmer la solidité et la richesse. C’est pourquoi je me retrouve totalement dans ce qui a été dit par chacune.

J’ajouterai, pour ma part, la chance que plusieurs d’entre nous avons eu de découvrir l’internationalité avec les quelques sœurs vietnamiennes venues vivre leur Noviciat avec nous à Verneuil en 1960/61 puis au Scholasticat à Paris. L’esprit augustinien nous invitant à reconnaitre les besoins de chacune, à témoigner respect et attention, à découvrir les dons et les richesses des unes et des autres, nous a ouvert le champ d’une vie fraternelle riche et précieuse qui ne fait que s’approfondir au cours des années entre nos différents pays, favorisant notre unité au-delà des frontières !

La recommandation de Pierre Fourier qui précise la mission de la CND en invitant les sœurs à éduquer les petites filles ‘tant pauvres que riches’ a toujours été un puissant moteur dans ma mission. D’une autre manière, le souci d’éduquer de toutes celles qui nous ont précédées, sous des formes et à des publics différents m’ont beaucoup aidée dans mes choix missionnaires. Eviter toute forme d’exclusion ou de comparaison et tenter de répondre à la demande de Marie ‘fais-le grandir’ est ce qui nous constitue en tant que Sœurs de Notre Dame. Notre bienheureuse Alix est le magnifique exemple de ce que veut dire accueillir l’autre, le tout autre.

Je peux dire aujourd’hui combien la formation tout au long de ma vie, dans les lieux, les groupes, les paroisses, les personnes rencontrées, a été et reste essentielle pour me faire, moi aussi, ‘grandir’…

Merci à la CND !

                                                                           

                                                                                   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *