Alix Le Clerc :

un élan, une intuition intérieure…



"Que Dieu soit votre amour entier"

Alix Le Clerc (1576-1622 )


Nous sommes en 1597, Alix est estimée selon le monde et plaît aux compagnies et s’y plaît aussi. Elle aime l’honneur. Alors arrive l’événement de 1597 : « il arriva un sujet qui me fit sentir qu’il y avait un Dieu miséricordieux. » Trois dimanches de suite, il lui semble entendre le son d’un tambour et voir finalement un diable conduisant la troupe des danseurs. L’enfer qu’elle redoutait, prend pour elle un visage ; un monde invisible se révèle. L’action suit aussitôt : « … Je me résolus sur l’heure même de n’être plus jamais de cette troupe, … et que je ferai tout ce que je saurais être plus agréable à Dieu, quand ce serait pour mourir. Il me sembla qu’on eût ôté ce qui était en mon intérieur, et qu’on y eût placé un autre esprit. »

S’ensuit alors un long chemin de conversion pendant lequel elle reçoit l’appel à une mission :
« Quand je priais Dieu, il me tombait toujours en l’esprit qu’il faudrait faire une nouvelle maison de filles, pour y pratiquer tout le bien que l’on pourrait. »

Alix verra grandir, à partir de son intuition fondatrice, la « maison nouvelle ». Elle en vivra toutes les étapes depuis la première école de Poussay en Lorraine…. Et en connaîtra toutes les difficultés. Les obstacles viennent de sa famille, de l’Eglise, réticente vis-à-vis d’un nouveau type de vie religieuse féminine apostolique. Elle vit la fidélité à cette vocation au cœur même de son cheminement intérieur. « Il me semblait que tout était possible à Dieu s’il le voulait. »