Bureau des projets

Soutenir des projets prioritaires de la Congrégation.

Chaque année, le bureau des projets choisi des projets éducatifs proposés par les différents pays.

Ces actions :
• favorisent le développement des personnes ou des groupes
• bénéficient à la population pauvre
• tentent d’apporter une amélioration durable
• développent l’apprentissage de l’autonomie
• créent des emplois pour les laïcs



L’éducation, après la pandémie

dakNong2020

Dans tous les pays, les écoles de la Congrégation ont été fermées pendant de nombreux mois : en France et en Grande-Bretagne où le virus a fait de nombreuses victimes, tout autant qu’au Congo ou au Viêt Nam, où la contagion a pourtant été mieux contenue. Au Brésil, les écoles sont toujours fermées en ce début de 2021, et ce depuis le mois de mars : élèves comme enseignants ont été malmenés par l’absence de contact présentiel.

La solidité financière de certaines vicairies et de leurs œuvres a été mise à rude épreuve par la crise. Les Sœurs et les équipes de collaborateurs ont fait preuve de créativité et d’adaptation pour réduire les coûts, générer d’autres sources de revenus, protéger autant que faire se peut les salariés privés de revenus. Et parfois prendre des décisions difficiles pour sauvegarder l’équilibre économique.

Cette crise est aussi une nouvelle occasion pour la Congrégation de pratiquer la mise en commun des biens permettant de soutenir financièrement les ajustements rendus nécessaires pour consolider les établissements.

Qui sont ceux qui sortiront les plus meurtris de cette éclipse du lien éducatif ? Les plus vulnérables, comme souvent. Liens internet et équipements informatiques n’ont pas été disponibles pour tous, tant s’en faut.

Une raison de plus pour continuer de répondre, partout où se trouve la Congrégation, aux besoins pour une éducation de qualité pour tous, tant pauvres que riches.

A toutes et à tous, très bonne année 2021 !

 

Sr Maïté Barrès
Econome Générale
Raymond Verley
Directeur Financier du Généralat

Projets 2021 : Consolidation d’urgence du sol sous le couvent

Sur le site de N.-D. de Lumière (Kolwezi, RDC)

 

projet2021 1

Appelées dans l’ex-Congo belge il y a 80 ans, pour éduquer les filles des expatriés, les Sœurs de Notre-Dame n’avaient pas tardé, dès les années cinquante, à se tourner vers les besoins de la population locale : elles ont construit des écoles dans la banlieue de Kolwezi, puis à Lubumbashi, et ont établi des communautés dans des villages de brousse.

De leur première implantation au centre de Kolwezi, il reste l’impressionnant édifice de Notre-Dame de Lumière (photo ci-dessus), bâti dans les années 1940. Il abrite plusieurs écoles primaires et secondaires, un lycée et son internat, des salles de réunion... Et aussi le couvent de l’une des communautés de Sœurs de Kolwezi. Le bâtiment subit des travaux d’entretien réguliers comme la réfection des toitures. Ces dernières années, des cavités se sont formées en sous-sol, créant des fissures qui ont appelé l’attention des Sœurs. Le sol se déforme, et l’omniprésence de mines dans cette région riche en métaux n’y est pas étrangère.

En 2020, une importante consolidation sous l’internat du lycée Mwanga a été réalisée. Celle-ci se poursuivra en 2021 avec des travaux urgents sous le bâtiment du couvent, pour permettre à l’ensemble de franchir les prochaines décennies.

 

Montant de l’appui demandé :
100 000 $


Projets 2021 : Développement d’activités éducatives

dans la nouvelle implantation de Kim Son - Nord Viêt Nam

projet2021 2 Les Sœurs de la Vicairie du Viêt Nam sont aujourd’hui 107, réparties dans 15 communautés. Elles ne cessent d’explorer les lieux où leur apostolat peut les appeler. L’implantation la plus récente a marqué leur retour au Nord, qu’elles avaient été contraintes de quitter dans les années 50. La pratique religieuse y demeure très traditionnelle et les messages du concile Vatican II apparaissent comme une nouveauté à beaucoup de fidèles.

Les Sœurs sont au nombre de trois à Kim Son, où une maison leur a été donnée. Elles ont commencé diverses activités dont l’enseignement auprès des enfants du village : elles veulent aménager deux salles de classe pour y donner des cours d’anglais, de maths et de musique. Et aussi construire un étage pour y aménager les chambres de la communauté.

Tout comme dans le Sud, les Sœurs de la Congrégation Notre-Dame veulent développer leur présence auprès d’enfants autistes dont les familles sont désemparées et sans solution : leur apprendre à parler et à communiquer nécessite des compétences particulières.

 

L’école sollicite notre appui pour la rénovation et l’agrandissement des sanitaires en les portant à 6 unités, séparées entre garçons et filles et avec accès pour les enfants en situation de handicap. Le circuit des eaux usées sera également rénové.

Montant de l’appui demandé : 20 000 €

sur un budget total de 40 000 €


Projets 2021 : Travaux d’urgence au Foyer d’étudiantes

de Rach Gia - Delta du Mékong – Viêt Nam

projet2021 5Les Sœurs de la Vicairie ont rejoint Rach Gia en 2016, à l’appel de l’évêque, pour gérer un foyer de 15 étudiantes venant des villages lointains dans le Sud. En 2017, l’évêque a vendu la maison à la CND à un bon prix pour que les Sœurs y soient autonomes dans les décisions de gestion du foyer.

Les étudiantes sont aujourd’hui huit.   Outre le Foyer, les Sœurs travaillent à la catéchèse de la paroisse, visitent les familles pauvres et cherchent des bourses pour aider les enfants.

 

projet2021 6Deux événements ont récemment  interpellé la communauté : les Salésiens viennent de l’inviter à collaborer à l’éducation des enfants dans leur couvent. Et au même moment les Jésuites l’ont appelée à considérer ce qui serait possible pour les enfants d’un village voisin qui n’ont aucun moyen pour se rendre à l’école. Dans le Delta, c’est en barque ou à bicyclette sur les fer-boats qu’on va de village en village. Les Sœurs se préparent à accueillir ces enfants dans leur foyer en vue de les scolariser chez les Salésiens. Un vrai défi puisque l’éducation est loin d’être prioritaire dans la mentalité des gens vivant sur le Mékong : sans rêves ni projets, ils vivent l’instant présent, prenant le large pour la pêche, leurs enfants avec eux.

 

Appui demandé : 24 000 €

sur un budget total de 34 000 €

L’aide souhaitée consiste à rendre salubre le bâtiment, victime des inondations en saison des pluies : élever le plancher au-dessus du niveau du trottoir, repaver la cour, refaire les canalisations étanchéifier la toiture...

 


 
  Vous souhaitez soutenir ces projets ? Cliquer ici.