Hongrie

La Congrégation Notre-Dame en Hongrie.



Histoire

Pourquoi et comment une communauté des sœurs de Notre-Dame a pris naissance à Zalaergerszeg ?

Son origine est liée, d’un côté, à des événements politiques en France et de l’autre à une demande de l’Évêque de Székesfehérvár en Hongrie.
Suite à la loi de séparation de l’Église et de l’État en France, les sœurs ne peuvent plus enseigner, et en même temps l’évêque de Székesfehérvár souhaite la venue de sœurs françaises pour ouvrir une école où la langue et la culture française seraient enseignées.

En 1905, de Mattaincourt partent 9 religieuses pour Zsàmbék, puis pour Törökbàlint en 1908. Elles arriveront à Zalaegerszeg en 1928, appelées par le futur Cardinal Mindszenty, alors curé de cette ville et qui souhaitait une école de filles pour y promouvoir la vie culturelle et religieuse.
En 1948, la nationalisation leur interdit d’enseigner et, en 1950, elles doivent quitter la communauté avec interdiction de se regrouper.
La dispersion dure jusqu’en 1993.

Le 28 août l’école sera réouverte grâce à la volonté de 18 religieuses et l’aide importante du Généralat et des communautés d’Europe.

De par son histoire, des liens très étroits existent entre la Hongrie et la France, y compris pendant la période communiste.



Aujourd’hui 2 sœurs françaises, Françoise DEBEAUPTE et Marie-Thérèse CLEMENT sont venues rejoindre les 3 sœurs hongroises, Ildikó MARKUS, Soeur Mercédesz et soeur Julia.

Notre mission :
- être une présence de la Congrégation au sein des 3 écoles,

Mindszenty,

 

Bucsu,

 

Salomvar,









Cette année, nous avons participé activement, avec 7 autres Congrégations, à la préparation de la rencontre des jeunes du diocèse de Szombathely qui a eu lieu le samedi 28 mars à l’école Mindszenty sur le thème "une journée entre amis". Étaient présents près de 500 jeunes.

Une quarantaine de jeunes de l’école ont participé activement et ont aidé à son bon déroulement.

Une table ronde a permis l’expression de plusieurs témoins de différentes familles religieuses : salésiens, dominicaines, franciscains…

De nombreux ateliers ont été proposés avec des méthodes actives pour faire découvrir plusieurs aspects de la vie religieuse.

Un groupe musical « Forró Cappuccino » (café chaud), animé par des franciscains a réuni les jeunes en début d’après-midi dans une ambiance festive.

Une Eucharistie, présidée par notre Evêque : Monseigneur Andràs Vérès a conclu cette journée.