blas

Soeur Leonilda Isotton

 

01/02/1934 – 07/10/2021

 

 

Je commence cette nécrologie en me remémorant de sa beauté sereine, son sourire et son bel et charmant accent italien.
Fille d’agriculteurs du Rio Grande do Sul, elle est née à Marcelino Ramos en 1934. Elle entra dans notre Congrégation en 1953 et a fait toute sa formation
religieuse à São Paulo. Elle a vécu dans le sud, spécialement à Porto Alegre et Erexim où elle a exercé différentes activités.
La présence de Leonilda manifestait la tendresse des gens sans prétention, des gens qui prennent soin des autres et des petites choses du quotidien et
deviennent des fleurs cachées, indispensables pour embellir d’autres vies.


Les sœurs du sud ont écrit sur elle ‘se souvenir de sœur Leonilda, c’est faire un hymne d’action de grâce. C’est trouver dans le coffret de la vie des trésors
que ni le temps ni la mite ne rongent. Sr. Leonilda aimait la vie et l’a donnée aux Sœurs, aux habitants d’Ilha Grande dos Marinheiros et de Branquinha.
Elle a vécu sa consécration à Dieu toujours disponible aux autres. Et, même face aux difficultés, elle a dit souvent : « Je suis venue pour servir ».
Elle prenait soin de celles et ceux qui était en besoin d’aide, aimait les gens simples des quartiers et prenait grand soin de ses sœurs. Dans les années
1960, elle s’est occupée de la vieille Mère Saint Ambroise, notre artiste belge, plus tard elle s’est occupée de Sœur Inès de Jésus lorsqu’elle vivait à Rio

Grande do Sul. Elle a accompagné Soeur Marie Eve Collard, une autre belge, à la SADI – Société des Amis des Iles pendant plusieurs années, et à son
retour en Belgique, Sr. Leonilda, courageuse, persévérante, confiante en la Providence et avec l’aide de collaboratrices a repris l’œuvre sociale de
Branquinha. Elle s’est occupée aussi de Sr. Santina lorsqu’elle a eu un grave accident en 2005, ainsi que de nombreuses autres sœurs.
En plus de prendre soin de tant de gens, elle cuisinait aussi à merveille. Elle a fait au long de sa vie des délicieux gâteaux et du pain. Je me souviens de
son accueil affectueux à Porto Alegre pendant les moments que j’y ai passés et de ses brèves réflexions pleines de bon sens lorsque nous nous sommes
rencontrés à Mairiporã lors des retraites annuelles des sœurs aînées.


A la fin de sa vie, elle a dû venir à la maison São Pedro Fourier car elle avait besoin de soins spéciaux. Malgré le désir qui l’habitait de revoir son bien-
aimé Rio Grande do Sul, elle a accueilli la séparation et la maladie, toujours très reconnaissante envers ceux et celles qui ont pris soin d’elle.
Sr Leonilda a eu un impact profond sur la population des quartiers pauvres où elle travaillait comme éducatrice, ainsi que sur la vie des sœurs par sa
gentillesse, sa persévérance et son attention.


Elle reste en nous comme la douce brise dont nous avons besoin dans les jours troublés, comme le courage des femmes simples qui s’entraident dans
toute sorte de difficultés. Comme le dit une sœur d’elle, « tout était toujours vrai chez Leonilda et dans tout ce qu’elle faisait, le bien brillait ».
Nous ne serions pas ce que nous sommes en tant que Congrégation au Brésil sans la présence de cette petite étoile qui est venue à nous. Elle est partie
mais en même temps elle reste avec nous comme expression de la force mystérieuse de l’amour divin, une présence dans le « coffret des choses
précieuses et impérissables » de la Congrégation.


Chère Leonilda, en te remerciement, nous vous gardons dans nos cœurs et nous remercions Dieu pour ta vie avec nous.

Au nom de toutes les sœurs du Brésil,
Ivone Gebara

São Paulo, le 19 octobre 2021.