Nouvelles du Brésil

Chères sœurs, j’espère que vous allez bien et que nos sœurs réparties dans le monde vont bien, et que chacune vivant cette période difficile, pleine d’espoir que tout se passera!

Nos sœurs au Brésil continuent bien, chacune vivant ce moment avec beaucoup de courage et très proche de toutes les sœurs du CND et de toute l’humanité.

Fraternellement. Arlene.

Je partage quelques témoignages de nos sœurs:

 

« A- Quelles sont les questions qui vous viennent le plus à l’esprit en ce moment ?

1- Jusqu’à quand une partie de l’humanité n’évoluera-t-elle pas vers la conscience que s’occuper des autres et de la nature, c’est s’occuper de soi-même ?

2-Seigneur, où es-tu ? Pourquoi toute cette souffrance de ton peuple ? Que voulez-vous de moi aujourd’hui ?

3- Que nous signale Dieu, Sœurs de Notre-Dame, à la lumière de la Parole, sur les événements actuels qui dévastent la planète terre ? A quoi sommes-nous invités à nous ouvrir dans notre vie quotidienne et nos structures ?

B- Comment leur répondez-vous personnellement ? Ou comment essayer de contrôler l’angoisse qu’ils génèrent ?

Avec les prières communautaires ( avec les soeurs de ma communaut), avec la pratique de la méditation et de la contemplation individuelle, des bonnes lectures, avec la lecture de la réalité avec d’autres groupes en ligne, en répondant aux appels des familles de l’Ecole ‘Le Semeur’, en dialoguant avec la Coordination et les professeurs . Aussi, dans les rencontres avec la direction et la coordination de l’Ecole Poço de Jacó,  avec la recherche commune de possibilités avec le Conseil du Vicariat, l’Equipe Administrative, la coordination et les directeurs des Ecoles et Collèges du Réseau ALix – Brésil. (en ligne).  En suivant les directives des organismes compétents en matière de santé et d’éducation.  Avec une retraite communautaire avec nos Sœurs.

Unissant la pratique et la prière, je me rends compte que Dieu marche avec nous et que nous sommes appelés à être ce signe de confiance, d’espoir, de solidarité , communauté de l’Esprit. La mission et la Parole nous invitent à dépasser la peur, l’angoisse et la tentation de nous enfermer dans nos cocons de « l’isolement » total.

Je crois que nous devons sérieusement repenser notre structure au Brésil, qui se révèle plus grande que les bras et les jambes des travailleurs.

4- Que voyez-vous qui pourrait aider votre communauté et vous personnellement dans cette période de « solitude » qui pourrait durer plusieurs mois ?

Ce qui nous aide, c’est : La routine que nous avons crée au niveau des prières communautaires et personnelles plus intenses ; nous avons la chance d’avoir un espace favorable pour les promenades, les exercices physiques, les lectures, les films ensemble tout en gardant la distance requise pour ce moment.

Les appels de l’école ne nous permettent pas à Macilene et moi d’être totalement en ‘réclusion’ parce que nous devons répondre aux mamans surtout celles qui ont des besoins alimentaires de base pour leur familles. Aussi nous avons la garde à l’école avec le réseau Alix et le secrétariat municipal de l’éducation.

Une chaleureuse accolade! »

Soeur Eremita/Juazeiro do Norte

 

En temps de pandémie, de corona virus….

« Me voici, Seigneur. »

Les questions qui me viennent à l’esprit sont certainement celles qui

vivent des milliers de personnes dans le monde entier.

Jusqu’à quand ? Comment faire la traversée ? Quelle est la prochaine étape ?

Du plus profond de mon être viennent les réponses :

Être lumière dans les temps sombres, racheter mon espérance, ma foi,

me mettre en communion pour que la vie de tous soit

préservée.

Je fais confiance au Seigneur et je cherche un sens à tout

ce que je crois.

Un mélange de sentiments, et chacun d’eux, exige de moi des ressources

pour que je puisse les traiter et en tirer des enseignements.

La vie dans la communauté est notre ‘eau vive’ ; elle nous met en état

de prière, de solidarité, de dialogue, de soutien, d’appartenance… nous fait aller

et de s’engager auprès de ceux qui sont dans

situation d’abandon, de faim, de douleur…

Que Dieu nous bénisse et nous protège, et que la Vierge Marie prenne soin de nous avec  son amour de mère. »

Soeur Santina/ São Paulo

 

« I. Quelles sont les questions les plus fréquemment posées et que pensez-vous à l’heure actuelle ?

Deux questions :

1.            L’ordre de « Rester chez soi » vise à préserver la santé d’une éventuelle contamination afin de ne pas surcharger le système de santé. Je me demande donc comment je réponds à cet ordre quand je dis que mon engagement est de donner ma vie par amour pour mes frères.

2.            Comment puis-je être une Congrégation internationale si je n’exerce pas de gestes de solidarité et si je ne sais pas ce qui se passe avec les sœurs des autres continents et surtout avec les sœurs du Congo ?

II. Comment leur répondez-vous personnellement ? Ou comment essayer de contrôler la détresse qu’ils génèrent ?

J’essaie de « rester à la maison » comme si j’étais à l’extérieur de la maison. Je cherche des gens, je fais des rencontres en ligne, je cherche des informations sur Brasilia, le pays et le monde avec des personnes et des entités avec lesquelles j’entretiens des relations.

Je participe à des initiatives qui dénoncent les attitudes des dirigeants du Brésil qui non seulement exposent la vie de la population mais augmentent aussi le risque de contamination des autres. Je participe à des actions de solidarité avec les chômeurs, les sans-abris et les habitants des bidonvilles.

J’assiste à des célébrations religieuses, par les médias, animées par des religieux que je connais leurs témoignages de vie.

Je participe à des groupes de prière en ligne pour les malades, les chômeurs et les scientifiques.

Je ne suis pas en détresse, je suis inquiète et je suis encouragée par les efforts que les gens font pour communiquer par des moyens qui ne sont pas habituels comme les vidéoconférences et le partage, les campagnes de solidarité que j’ai vues en faveur des migrants, des sans-abris, des chômeurs, des habitants des bidonvilles.

III. Qu’est-ce qui, selon vous, pourrait aider votre communauté et vous-même en cette période de « solitude » qui pourrait durer de nombreux mois ?

Beaucoup disent que la Planète, l’Humanité ne sera plus la même après cette pandémie.  Si cela est vrai, tous les membres de la société devraient se demander comment un nouveau monde, de nouvelles personnes, sont en train de naître. De manière plus intense, la réflexion devrait avoir lieu dans toute l’Église, et plus encore, parmi nous dans la vie religieuse consacrée. Je crois que nous, les sœurs de la Congrégation de Notre-Dame, devrions nous demander « Que faisons-nous pour sortir autrement, pour être de meilleures religieuses, des femmes plus engagées, heureuses et annonciatrices de la bonne nouvelle de Jésus-Christ après ce temps d’isolement » qui certainement ne se compare pas à la réclusion. »

Soeur Sueli Bellato/Brasília 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *